Cols & côtes


Selon diverses définitions françaises un col est: le point le plus haut d’un chemin situé entre deux sommets plus élevés. De ce point, il doit être possible de redescendre par la route des deux côtés et en quittant la route de monter à pied des 2 autres cotés. Les Français appliquent cette définition assez souplement car selon cette détermination le col du Télégraphe n' est pas un col. Pour le ‘Circuit des 100 cols’ sont considérés comme cols toutes les ascensions portant un panneau indicateur avec le nom col, nommé comme col sur les cartes Michelin ou IGN ou sur une carte locale. Mais pas toutes les montées correspondent à cette définition donc on les nomme des côtes.


Le col le plus étrange se trouve dans les Cévennes. Depuis le Mont Aigoual nous descendons vers le col de Fourques. Depuis ce col nous remontons vers le col de Perjuret. Le col de Fourques est donc le point le plus bas et non le point le plus haut. Comment cela se fait-il ? Des cotés du col descend un chemin non-goudronné dans la vallée. Pour ces chemins, c’est donc le point le plus haut.


107 Cols classés
Le route passe 107 cols classés. 

Un col est classé si il est vraiment le point le plus haut du chemin, ou on prend un chemin de traverse pour grimper un col encore plus haut. En plus le col doit satisfaire à un des condition suivantes.


  •  Le col est nommé dans le Chauvot (le liste intégral de tous cols Français);
  •  Il existe un panneau sur le col.
  •  Le col est nommé à Google Maps, la carte Michelin, la carte IGN, ou un plan local ou régional.


Dans l' itinéraire aussi tous les cols non-classés sont nommé, pour servir les chasseurs des cols. 


Les cols et côtes sont indexées. Les indexes sont calculés d’après une formule publiée dans l’hebdomadaire ‘Fiets’ août 1988. Toutes les montées avec un index de 0,3 ou plus sont classées cols ou côte. Une liste complète de toutes les pentes se trouve ici.